Blog

 

Tous les billets

DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin

In 1984 in f'jôt incor du chuc à Marquillies - par studiohawa

Mon ami Billoute a retrouvé une vidéo qui vaut son pesant de cassonade.
La dernière année de la 'fabrication' en 1984 une équipe a filmé la râperie Béghin encore en activité.
Je vous la livre telle quelle la qualité n'est pas ce qu'il y a de plus optimum.
Hé oui à cette époque on utilisait encore les bonnes vieilles cassettes VHS .
Peut être  reconnaitrez vous des personnes dans ce vieux film. Bientôt 30 ans!


Publié le 09/04/2013 @ 14:46  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Ches noms j'tés ed Sainghin! - par billboc

Un ami m'a prêté récemment un ouvrage consacré à l'histoire de la ville voisine de Sainghin en Weppes,publié en 1985 par Mmes Guilbert et Templement.J'y ai trouvé un article consacré aux surnoms donnés à certaines familles de la ville au fil des années,je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques-uns ci-dessous:1/"A mo quénette" ou"à mo nogette" pour des personnes de petite taille2/"A mo ch'touillé" une personne dont les cheveux n'étaient pas bien peignés3/"A mo cop in deux" d'un personne qui avait pour habitude de couper sa semaine de travail en deux...les RTT de l'époque en quelque sorte!D'autres suivront...un vrai bonheur!Eric Bocquet,ed Merkillies!k
Publié le 27/03/2013 @ 12:06  - 2 commentaires 2 commentaires - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Rin n'cange - par studiohawa

In ravisant dins des viux liv' d'Célestine Leroy (incour in écrivain d'Marquillies) j'ai r'treuvé d'sus cheulle préface d'un d'ses liv' 'Les traditions populaires dans le nord de la France' ch'l'affair' ichi:

Cha été écrit in 1945 souv'nez vous in

“Les traditions populaires dans le Nord de la France” auteur Mlle Célestine Leroy

PRÉFACE de M l'Abbé J. Lestoquoy Conservateur des Antiquités du Pas-de-Calais

Il est bien émouvant de se pencher sur les coutumes et les traditions du passé ; il semble que l'on découvre, dans ces usages dont beaucoup ont disparu, dans ces formules dont l'origine lointaine et imprécise nous échappe toute une civilisation enveloppée déjà dans la douceur du passé qui s'efface chaque jour et dont quelques lignes seules sont visibles comme la silhouette d'un vieux clocher dans la brume.

Ces coutumes se perdent chaque jour davantage ; l'américanisme qui nous environne, l'uniformité qui se répand sur le monde avec les mêmes films qui se déroulent dans les cinq parties du monde et les mêmes airs qui parcourent les ondes de toute la planète, ne laissent pas de place à des habitudes qui n'ont leur raison d'être que sur la terre qui les a vu naître. Toutes ces amusantes coutumes se sont évanouies avec les toits de chaume, les tabatières et les crinolines. Seules certaines corporations ont encore l'habitude de fêter leurs saints patrons, mais avec des rites de moins en moins traditionnels. Tout cela devient l'objet d'une science encore jeune, le folklore.

Il fut un temps, qui n'est pas si éloigné encore, où les pittoresques usages vivaient pourtant en chaque village; la guerre de 1914, avec le bouleversement qu'elle apporta dans la région du Nord, et la civilisation industrielle qui domine de plus en plus dans la région lilloise et dans l'arrondissement de Béthune créèrent une atmosphère nouvelle, défavorable à ces vieux souvenirs. C'est alors que des chercheurs guidés par l'amour du passé de leur petite patrie réunirent patiemment les récits oubliés. Ils les publièrent ici ou là (1) mais comment n`être pas rebuté par la difficulté de trouver ces publications destinées aux spécialistes ? Rien de moins aisé que de renseigner la curiosité de tous ceux qui veulent se souvenir de la vie quotidienne de leurs ancêtres.

C'est pourquoi j'ai demandé à Mlle Leroy de bien vouloir réunir des études particulièrement dignes d'être connues d'un public étendu ...

(1) Les travaux de Mlle Leroy, ont tous parus dans la Revue de Folklore français, 1930,1934 et 1935

Quind j'vous dijos qu'rin n'cange, in aurôt pu l'écrir' hier chétôt parel !


Publié le 18/03/2013 @ 17:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Eine Canchon d'Roger d'Hantay - par studiohawa


Dins l'équip' d'Ravisse min coin y a des canteux qui sont même auteur compositeur et interprèt'.
In va vous fair' découvrir un talent d'nou coin. In n'sait pas si y ira à l'télévision mais ichi y a s'plache.

Escuser l'qualité d'l'enregistremint cha a été inregistré in direct aveuc les moyens du bord à Hantay. Roger y f'ra mieux l'prochaine fôs ! Allez vas-y Roger !!!

Publié le 05/03/2013 @ 14:13  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Faire du chuque - par studiohawa

Ichi à Marquillies, y d'cha quèques années, in f'jôt du chuque à l'fabriq.

 

Mais te n'sais sûrmint pas commint  y étôt fait. Mais ichi à Ravisse min coin in va te l'dire.
Chés des procédés modernes à ch't'heure mais ch'étôt d'jà fait comme cha y a ben longmint !

Publié le 28/02/2013 @ 07:25  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Ch'gallodrome d'Hantay - par studiohawa

In n'sait pas si in verra incour gramin d'combats d'côqs à Hantay.
Mais d'sus ch'ouèbe y a un biel artic' d'sus ch'gallodrome d'Hantay justemint
Ravisez le bien ch'est p'têt l'dernire fôs qu'in vôt des photos de ch'coin là !


Publié le 25/02/2013 @ 18:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Eul l'Planque à Broëlle - par studiohawa

Un ami d'Herlies, Yvon Papeghin,  nous a fait parvenir très récemment un excellent papier qu'il avait lui-même écrit en 1978 (La Voix du Nord) concernant cette fameuse pierre levée.

Voici ce qu'il nous écrit:
A l'origine, la pierre se trouvait à la Bouchaine sur le territoire de Lorgies, elle enjambait la Broile et y avait longtemps servi de pont. Mr Hayart, maire d'Illies, se souvient très bien l'avoir franchie...à vélo (anecdote relatée par Mr Hayart mercredi 20 février) . Après la pose de plaques sur la Broile, la pierre a été emmenée dans la pâture de la ferme Mr Demars au hameau de l'Halpegarbe. C'est là où j'avais pu la photographier en 1978 (photo de l'article). Après cette (re)découverte, la pierre a été installée face à la mairie de Lorgies aux abords de la "maison des associations" où elle est toujours visible Les légendes des Weppes peuvent être écoutées avec bonheur sur le site http://www.deleplanque.org/legendes/main.htm



  L'article de La Voix du Nord en 1978

  La maléfique pierre d'el Planque à Broëlle

"Avant que les hommes ne soient sur terre, me murmura Luciabelle à l'oreille, il y avait ici un cimetière où reposaient des êtres tectoniques qui nous ont précédés.
Ils viennent rendre à leurs dieux les anciens sacrifices ..."

Etranges Weppes

L'homme qui parlait ainsi continua longtemps encore sont récit.
Puis, enfin , il se tut et demeura prostré, fixant le bois de la lourde table de ferme, la lumière des flammes mordait son visage fermé.


Il resta ainsi, comme écrasé par quelque extraordinaire vérité.
Il ne sert à rien de se dresser contre les souvenirs. Cela se passait pourtant en un autre temps, mais que signifie le temps, quand se déchaînent les forces  obscures ?
Étrange pays de Weppes où mares et labours mêlent leurs teintes, où les brouillards noient dans leurs mystères saules et bosquets.
Terre étrange, où l'on conte encore à la veillée de terribles récits entremêlant la mort, le démoniaque et le fantastique quand hurlent les chiens au fond des cours des "Censes" ou aux détours des "Trains-de-car". Les légendes de Weppes se chuchotent et sentent le souffre.

La nuit maudite du vendredi saint

Au hameau de la "Mottelette" s'élevait jadis la "Cense de l'Escoeul" , aujourd'hui ferme de "Ecuelle" Non loin de là, serpente encore un mince ruisseau : la "Broïlle" , qui se perd entre les communes d'Herlies, Illies et Lorgies.
En remontant le cours de ce ruisseau, vers la "Bouchaine", le voyageur rencontrait bientôt sur son chemin une énorme pierre dressée, haute de près de quatre mètres.
 On esquissait alors bien vite un furtif signe de croix, car c'était là la pierre d'el Planque al'Broile.
Malheureux celui qui égarait dans ces parages la nuit. Maudit celui qui vivait là la nuit du vendredi saint, car... mais écoutons plutôt :
"Un grondement assourdissant ébranla le silence, la terre trembla sous nos pieds. J'avais distinctement vu la pierre levée se retourner sur elle-même.
J'étais à peine remis de mon émotion, qu'une théorie de gnomes drapés dans des suaires blanchâtres surgit d'une fissure ouverte dans le glèbe et s'avança vers le mégalithe..." .
Au pied de la maléfique pierre éclatait l'orgie démoniaque et le plus horrible des sabbats.
En ce lieu rôde encore l'âme tour­mentée de la malheureuse Luciabelle
 — femme ou sorcière, on ne sait —qui disparut mystérieusement cette nuit-là :"je n'ose penser qu'elle ait été enlevée par ses compagnons infernaux" (1).

La pierre plate

Qu'est-elle donc cette mystérieuse pierre, d'où vient-elle, quels étaient les hommes
qui la dressèrent ?
Il y a de cela plusieurs décennies, l'on jeta la pierre à bas et on la traîna au fond d'une pâture comme pour briser le maléfice.
Pourtant, à quelques kilomètres de là, à Herlies, les anciens parlent en­core de la "Plate pierre", petite sœur de la précédente. Là aussi, chose étrange, la légende raconte que, la nuit du vendredi saint ...

Coïncidence, télescopage des récits et témoignages, on ne trouve pas d'explication rationnelle. Plus troublant encore, la "Plate pierre" se situe sur les lieux du médiéval
cimetière des bannis : pestiférés, lépreux, excommuniés, juifs et criminels.
L'on se rappelle alors la légende : "Il y avait ici un cimetière..."
Là également, le "Cornu" se doit.

Où la légende rejoint l'histoire

Le mystère des pierres reste entier. Pourtant, de nombreuses explications ou extrapolations plus ou moins irrationnelles sont avancées, où la science-Fiction rejoint l'histoire et l'archéologie.
De telles pierres — ou y ressemblant — sont déjà connues comme étant des bornes de voies romaines. Une autre hypothèse, plus romantique, plus folle, plus près de la légende aussi,
laisse entendre l'existence en ces lieux d'un culte antique, lieux de peut-être plusieurs millénaires. Souvent de telles pierres dressaient leurs ombres sur les cimetières des bannis.
Souvent ces cimetières étaient rejetés aux endroits maudits où, déjà, des légendes d'un autre temps ...
Les Weppes regorgent encore de mystère et de surnaturel. Allez à leur découverte:
"Alors, le voyageur suivra la ronde au soleil et la batte des pluies.
Pistes entre les grés nous requièrent aussi, safranées s'affutant de saiguës doulats, qui s'affourbissent, griffues, aux flancs des terres-pleins, harponnant la chaussée.
Diverses haies encor, précises, bossellent aux abords mixtes du faubourg, pentes sevrées de ronces, croquant les gaines cannelières, dont les cambrures plaisent, coup de reins des talus, puissant comme ceux des servantes qui des parties détalent, offrant leur ensellure à l'abri des ados.
Mais qu'ils soient refoulés à l'écart des campagnes, en marge des banlieues, des détours et les raccourcis mènent mieux qu'à la vérité"

(1) et (2) Extraits de "Promenade aux pays de Weppes" et "Eléments Terroirs" de Pierre Descamps

Sur le site de http://planque.pagesperso-orange.fr/photos/monolhite.htm on retrouve trace de cette pierre.

Ce mégalithe est maintenant visible dans le jardin de la maison des associations face à la mairie de Lorgies
Publié le 22/02/2013 @ 18:57  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Tas d'briques - par studiohawa

Cha y est not'quéménée n'est pu qu'un tas d'briques !

Ch'étôt prévu mais cha fait toudis quecqu'ose . In n's'in r'métra pas...et elle non pus !

Photo prise le 8 février 2013


Publié le 08/02/2013 @ 17:54  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Marquillies: la cheminée - par studiohawa

 
Nous suivons de très près la fin de l'emblème de notre village.

La cheminée le 24/01/2013

Cette photo a été prise le 24 janvier 2013 par Monsieur Bollinger (un grand merci de la part de Ravisse min coin).
Vous pouvez constater que not' queuménée alle baisse à vue d'eul'.
Nous vous tiendrons informé dès qu'il y aura du nouveau.
Publié le 26/01/2013 @ 07:40  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article

Notre cheminée - par studiohawa

La cheminée de la raperie Béghin



Notre cheminée se meurt !chem-web.jpg
Nou queuménée alle rap'tiche !

C'était notre repère, notre phare dans la plaine des Weppes, et la voilà qui se tasse rapetisse à vue d'oeil !

Nous l'avions évoquée sur l'un de nos panneaux 'Eul Fabriq' (pas encore exposé).
Heureusement que nous avions pris nos précautions en disant qu'elle n'était plus une jeunette et qu'un jour on ne retrouverait plus qu'un tas de briques par terre. Et voilà que cela se réalise sous nos yeux.

Dans quelques jours il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer un des derniers monuments de notre village.
Enfin c'est pour la bonne cause: elle devenait dangereuse. Des briques se détachaient de son vieux corps fatigué par tant d'années passées dehors par tous les temps.

Nous resteront les photos ... et les souvenirs.



Publié le 12/01/2013 @ 11:55  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre?   Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin
Rubriques

FermerNotre patrimoine

FermerNouvelles

Derniers billets
- 22/01/2014 @ 07:19
M'ninfince à Illies ...
- 02/12/2013 @ 08:25
Les Weppes à la Sorbonne ...
- 05/11/2013 @ 08:32
L'picard in canchon ...
- 13/10/2013 @ 16:01
In parle Ch'ti à Bergues ? ...
Derniers commentaires

Archives
09-2020 Octobre 2020 11-2020
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Billets des amis
^ Haut ^